En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez de recevoir notre newsletter et vous reconnaissez avoir pris connaissance de notre politique de confidentialité (traitement et utilisation des données).
Vous pourrez vous désabonner à n'importe quel moment en cliquant sur les liens de désabonnement situés en bas de notre newsletter.

IPC Indicateurs Choisir avec soin en gériatrie

Chargé de mission :

Objectifs

Choisir avec soin® est une campagne née aux Etats-Unis (Choosing wisely) en 2012 afin d’améliorer la pertinence des soins, à l’initiative de la société savante de médecine interne américaine. Le principe est d’identifier, par spécialité, des prescriptions de médicaments ou d’actes sur lesquelles :
     • la balance bénéfice(s) - risque(s) doit être évaluée avec soins,
     • le risque de non pertinence est réel.

Aujourd’hui, la campagne existe dans plus de 15 pays et engage plusieurs dizaines de sociétés savantes. En France, la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG) a choisi, en collaboration avec les patients et usagers, cinq propositions d’actions. Certaines ont déjà fait l’objet d’évaluations en 2016 et 2017 en Bretagne, sous l’égide du CHU de Rennes et de la structure régionale d’appui CAPPS Bretagne.
Les représentants régionaux de la SFGG, issus des CHU de Besançon et de Dijon Bourgogne, ont souhaité s’associer à une nouvelle campagne en 2019 et proposer une évaluation aux établissements de Bourgogne - Franche-Comté en même temps que celle qui sera réalisée en Bretagne. Les structures régionales d’appui (OMEDIT, CPIAS, RéQua) apportent leur soutien méthodologique au déploiement de cette campagne régionale.

Le but de cette campagne est d’améliorer la pertinence des soins délivrés aux personnes âgées (75 ans et plus) hospitalisées ou résidant en EHPAD, pour les propositions définies par le groupe de travail :
• Les infections urinaires sans symptômes avérés ne doivent pas être recherchées ni traitées.
• Il n’y a pas d’indication à un traitement prolongé par anxiolytique. En cas d’usage ancien, l’intérêt d’un sevrage et les moyens d’y parvenir doivent être expliqués au patient.
• En cas de troubles du comportement chez une personne atteinte d’un syndrome démentiel, les neuroleptiques ne doivent être prescrits qu’en dernier recours en cas d’échec des mesures non-médicamenteuses, sur une courte durée et après analyse des causes.
• Il n’y a pas d’indication à prescrire ou à poursuivre un traitement par statine en prévention primaire chez une personne âgée de plus de 80 ans (formulation en cours de finalisation).
• Un dialogue sur le niveau de soins doit s’instaurer avec le patient et s’il le souhaite son entourage, lors de toute hospitalisation et entrée en EHPAD (formulation en cours de finalisation).

Guides et outils RéQua



Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience et améliorer la performance de notre site.
Pour plus d'informations, consultez notre politique de confidentialité. En continuant votre navigation, vous acceptez le dépôt des cookies.
Paramétrer Accepter les cookies